seine-saint-denis.fr







Accueil
Qui sommes-nous ?
Membres du réseau
Le manifeste
Actualité / Agenda
Outils / Méthodologies
Partage d'expérience
Recherche bibliographie
Histoire de l’éducation populaire


L’Education Populaire réinterrogée

un livre de Jean Bourrieau
Dans la deuxième moitié du vingtième siècle, l’Éducation Populaire s’est éloignée de son projet de formation d’un citoyen conscient et critique, abandonnant ainsi son rôle d’émancipation collective au profit d’une intégration individuelle. Militant de l’Éducation Populaire, responsable de développement local en milieu rural puis engagé dans la politique de la ville, Jean Bourrieau, aujourd’hui chargé de mission éducation populaire au Conseil général de Seine-Saint-Denis, analyse cette dérive et propose quelques pistes pour construire l’avenir.



Confrontées à l’évolution du travail, les associations d’Éducation Populaire, engagées dans des démarches de professionnalisation, portant l’illusion du consensus de l’exclusion, ont souvent oublié leur projet global qui inscrivait leur démarche dans un changement de société, et se sont retrouvées en difficulté devant un individualisme présenté parfois comme une vertu.

Ce que l’auteur appelle « l’irruption de l’interculturel » s’est traduit à la fois par l’ « ethnicisation » de l’immigration due à la construction de la « forteresse Europe », et par le vécu au quotidien d’une dimension internationale. Face à la fracture qui s’élargit entre les « grands voyageurs internationaux » et une grande partie de la population qui se replie sur elle même, l’Éducation Populaire, de tradition universaliste, rencontre des difficultés pour échapper à un international institutionnel.

Aujourd’hui, si les hommes sont sans doute plus libres, ils sont aussi plus fragiles, et l’Éducation Populaire est interpellée par la nécessité de conjuguer une demande d’émancipation individuelle et une volonté d’émancipation collective.

Cependant, pour peu que l’Éducation populaire soit rendu plus visible, par une affirmation politique de son projet et une interrogation de ce qu’est véritablement une association, elle peut jouer un rôle fondamental dans la gestion des tensions et des conflits qui participent de la socialisation de chacun en faisant de la recherche de l’équilibre, dans une démarche d’apprentissage interculturel, un véritable outil formateur. C’est un avenir, porteur de sens, qu’elle se doit de réinventer, à travers de nouveaux modes de constructions sociale, et de façons nouvelles d’habiter la démocratie.

« L’Éducation Populaire ré-interrogée », Jean BOURRIEAU, Ed. L’Harmattan, Paris 2001












Auteur(s)



Collectif Education populaire et transformation sociale  
Le Collectif national " Education populaire et transformation sociale " s’est constitué en référence à l’Offre Publique de Réflexion ( OPR ) initié par Marie Georges Buffet , alors Ministre de la Jeunesse et des Sports , à partir des travaux de Luc Carton. Son objectif est de faire vivre de manière citoyenne et civile une réflexion consacrée à l’avenir et à l’actualité de l’éducation populaire. Il se réunit chaque mois et envisage la tenue annuelle d’une université de l’éducation populaire . Son texte fondateur "l’adresse" est consultable en ligne avec le lien suivant : www.mille-et-une-vagues.org
Contact fernand.esteves@free.fr
Site web http://www.mille-et-une-vagues.org/ocr/


Cet article repond au(x) mot(s) clé :
démocratie, citoyenneté 
interculturel, intergénérationnel, mixités